L’Afrique du Sud est un pays immense, situé à la pointe méridionale du continent africain, qui réunit plus de 50 millions d’habitants issus d’une multitude de cultures différentes. L’Afrique du Sud est plus grande que l’Allemagne, la France et l’Italie réunies. Le territoire couvre une superficie de 1 221 037 km2.

Le pays possède environ 3 000 km de côtes, baignées par l’océan Atlantique à l’ouest et l’océan Indien à l’est. La côte sud-est est réchauffée par le courant d’Agulhas, qui provient de la région de l’Equateur, tandis que le rivage atlantique subit le courant froid de Benguela venu de l’océan. Les différences de température entre ces deux courants sont à l’origine des contrastes qui existent en matière de végétation et de climat entre l’est et l’ouest du pays. Bordée au nord par la Namibie, le Botswana, le Zimbabwe et le Mozambique, l’Afrique du Sud entoure deux petits pays indépendants, le Lesotho et le Swaziland.


L’Afrique du Sud peut être grossièrement divisée en deux régions principales, un plateau intérieur et une plaine côtière. Les deux régions sont séparées par un grand escarpement, composé de collines et de massifs montagneux, dont le fameux Drakensberg, qui culmine à 3482 mètres.


Le climat

Grâce à l’océan qui l’entoure, l’Afrique du Sud jouit d’un climat plutôt tempéré même si l’on observe d’importants écarts climatiques d’une région à l’autre. La province du Kwazulu-Natal connaît un climat subtropical avec un taux d’hygrométrie important en été. La partie méridionale de Gauteng connaît, elle, des étés très chauds avec parfois des orages torrentiels, tandis que la partie septentrionale de la région jouit d’hivers doux. La région occidentale du Cap possède un climat de type méditerranéen marqué par des étés chauds et secs et des hivers froids et humides. Le climat sud-africain est généralement clément toute l’année, les précipitations annuelles étant d’environ 500 mm contre une moyenne mondiale de 857 mm. Les saisons sont inversées par rapport à l’Europe. L’été sud-africain commence en octobre et s’achève en mars. A cette époque de l’année, les températures sont comprises entre 15° et 35°. L’hiver, qui s’étend d’avril à septembre, compte des températures variant de 0°, voire moins, à 20° à la mi-journée.


La faune et la flore

L’immense richesse de la faune sud-africaine constitue l’un des principaux attraits touristiques du pays. L’Afrique du Sud accueille notamment les trois plus gros mammifères terrestres (l’éléphant, le rhinocéros et l’hippopotame). Quant aux cinq grands animaux sauvages, les « Big Five » (lion, éléphant, léopard, buffle, rhinocéros), ils font la fierté des parcs naturels. Mais on trouve aussi des girafes, des antilopes, une faune marine importante et nombre d’oiseaux dont l’autruche et le manchot du Cap.

La flore est à l’image de la diversité du pays. A elle seule, l’Afrique du Sud représente un dixième du patrimoine botanique mondial, soit quelque 25 000 espèces. Dans la région du Cap, on recense 8 500 espèces de plantes, dont 2 500 poussent dans la seule péninsule et 5 000 n’existent nulle part ailleurs.


Le découpage administratif

Sur le plan administratif, l’Afrique du Sud est divisée en neuf provinces, Eastern Cape (le Cap oriental), Northern Cape (le Nord-du-Cap), Western Cape, (Cap occidental), Free State (Etat Libre), Gauteng, Kwazulu-Natal, Limpopo, Mpumalanga, North West (province du Nord-Ouest). La province du Northern Cape (Nord-du-Cap) est la plus grande des provinces sud-africaines par la taille, mais elle est la moins peuplée. Quant à Gauteng, la plus petite des provinces, elle génère un tiers du PIB national.

 

La population

La population sud-africaine s’élève aujourd’hui à plus de 50 millions d’habitants. La diversité de ses habitants figure parmi les richesses incontestables du pays.

Le sud de l’Afrique est considéré comme le berceau de l’Humanité. La présence d’hominidés dans cette partie du monde remonte à trois millions d’années. Les premiers habitants de ce qui constitue aujourd’hui le territoire sud-africain sont les San qui pratiquaient la chasse. Il y a 2 000 ans, ils se sont convertis à l’élevage, acquérant du bétail auprès des peuples bantus venus du nord. Les Khoi, proches physiquement des San, ont, eux, émigré vers la côté ouest. Ce sont eux que les colons hollandais ont croisés sur leur chemin lorsqu’ils ont débarqué en Afrique du Sud. A l’est, les tribus bantu du sud de la rivière Limpopo ont également migré vers le sud. Les Nguni (Zoulou, Xhosa, Swazi, Ndebele) occupèrent le Kwazulu-Natal et le Cap oriental. On trouvait les Sotho (du nord et du sud) et les Tswana dans les régions centrales, alors que les Venda, les Lemba et les Shangaan-Tsonga sont restés au nord du pays. Néanmoins, l’urbanisation a passablement modifié ce peuplement historique de l’Afrique du Sud.

Tandis que les Hollandais affirmaient leur présence, des esclaves venus d’Extrême-Orient et de Madagascar ont donné naissance aux communautés métisses qui peuplent essentiellement le Cap occidental et le Nord-du-Cap. La main d’œuvre venue du sous-continent indien pour travailler dans les plantations au milieu du 19e siècle s’installa sur la côte est. Quant à la population blanche, elle connut une expansion rapide tout au long du 19e siècle avec l’arrivée des Britanniques et, plus tard, des aventuriers venus chercher fortune dans les mines.

A l’heure actuelle, 79,5 % de la population se définit elle-même comme africaine, 9,2 % comme blanche, 8,9% comme métisse et 2,5% comme asiatique.


Près de 80% de la population sud-africaine est chrétienne. Il existe des minorités hindouistes, musulmanes, juives et des croyances africaines traditionnelles.